En français? cliquez ici

      PRESS RELEASE POST EVENT

 

3rd Global Risks Conference

with the participation of the World Economic Forum

 

Date: April 27th 2016, at 5.30 p.m.
Location: Chambre de Commerce 7 rue Alcide de Gasperi Luxembourg – Kirchberg

 

The conference featured three high-level presentations:

 

ALRiM Vice-President Philippe Soler introduced the event by reminding the audience that Risk Management is a discipline which is traditionally divided into vertical silos (Credit, Market and Operational Risk). This specialization into silos has allowed the emergence of experts. However this specialization needs to be complemented by a holistic perspective allowing Risk Managers and decision makers to have a clear strategic view not only of the industry in which they are, but also of the global environment in which their industry operates.

Last year, the ALRiM Global Risk Conference concluded that the geopolitical risk might potentially become the biggest of all. Twelve months later, punctuated by terrorist attacks, massive migration, and persistent rock-bottom oil prices and interest rates, it’s now clear that “geopolitical risk is back on the top of the agenda for the first time since the Cold War".

 

Caroline Galvan, Economist and Practice Lead at the Global Risk and Competitiveness Team of the World Economic Forum, presented the conclusions of the 11th edition of the WEF’s Global Risk Report, the work of 742 experts and decision-makers who identified 29 risks across five categories: economic, environmental, geopolitical, societal and technological.

Since 2015, societal, geopolitical and environmental risks have overtaken economic risks.

Climate change, for example, could exacerbate water crises with impacts including conflicts and more forced migration.

The security landscape is characterised by two main phenomena, a vacuum in weak states allowing space for significant non-state actors, and a return to strategic competition between strong states.

The report also highlights three broad-based risks that may affect global development over the coming decade:

1. (Dis)Empowered Citizens: a result of the interplay of technology empowering citizens even while they feel disenfranchised by distant elites.

2. Climate Change and Risks to Food Security: in already fragile societies this will fuel social instability.

3. Global Disease Outbreaks: Population growth, rapid urbanisation and transnational commodity flows intensify the risk of infectious transmission between regions.

Mrs Galvan concluded that as risks become more pressing and their impact on societies, institutions, and economies grows, the need to improve resilience is becoming more urgent.

Readers can explore the data here: http://wef.ch/risks2016

 

Andrew Blau, Managing Director of San Francisco-based Deloitte Strategic Risk Solutions, presented the results of a global survey on Risk Sensing, conducted jointly with Forbes Insights, among 155 executives of large global companies. This analysis highlights the challenges faced by large global organisations in risk detection and prevention.

A first trend is that "leaders falter faster". In 1958, a leading company would keep its leadership for an average of 61 years, period that has fallen to 18 years in 2012. Why? Strategic risks attack the basis for competitive advantage while creating opportunities. The management consultant noted that losses are mostly caused by strategic risks, even though companies spend most of their time on operational risks and financial reporting. Big companies may undertake risk sensing but often fail to make full use of the information they have collected to monitor strategic risks. In 2012 the risks of greatest concern were Brand and Reputation, but they are now Regulatory and Reputation, and could quickly become Pace of Innovation and Regulatory, followed by Talent. Mr Blau concluded by emphasising the changing nature of risks, which needs to be matched by improved risk leadership.

 

During the panel presentation, Mrs Galvan and Mr Blau were joined by ALFI chairman Denise Voss and ABBL Chairman Yves Maas to discuss the issue: “What are the global risks with the greatest impact for the Luxembourg marketplace and how can we anticipate and mitigate them?”

 

The panel discussion addressed 5 topics:

 

Topic #1: 4th industrial revolution

Mr Maas says banks are investing heavily in IT, which drives the business model of the financial industry: “opportunities arise for those who invest”. The value chain is evolving and new players are emerging.

Mrs Voss says the fund industry remains a bit behind banks in this area but welcomes the opportunities presented by fintech innovations.

For Mr Blau, the financial industry is exposed to the arrival of new players like fintechs, because of the potential of financial gain offered by this industry.

 

Topic #2 Cyber risk

Mrs Voss says preventing data theft has always been important, but it becomes an increasing challenge. The entire industry represented by ALFI, including funds, management companies, law firms and auditors, is working on this “longstanding concern”.

According to Mr Maas, cyber-risk now has a significant impact and is generating important costs, not just for banks but the whole financial ecosystem, and the need is there for a framework and infrastructure. Cyber-risk cannot be eliminated altogether – companies must ensure they have systems and monitoring in place.

Mr Blau says companies must be secure, vigilant and resilient: “We cannot protect everything, and attacks are not a question of if, but of when.”

 

Topic #3: Is the fragmentation of Europe a threat?

Mr Maas reminded the audience that the success of Luxembourg is built on its role as a gateway to Europe. A Brexit, for example, wouldn't be beneficial for Luxembourg: it might bring opportunities, but they would not compensate for the problems caused by the disruption of Europe as a whole.

 

Topic #4: The impact of zero interest rates

Mr Maas says this is bad for banks, which depend on interest margin for revenue. He expects many players to be obliged to reassess their business model.

According to Mrs Voss, academics are not sure about the effect of low interest rates on funds, but “This is a real opportunity for funds, which can offer a return if people accept the risk,” she says.

 

Topic #5: Competition for talent between the financial sector and the dot.com economy

For Mrs Voss, it is critical to stimulate innovation and development of talent, to identify the skill sets needed in the future and determine how to train and retrain people.

Mr Maas concludes that competition with the dot.coms is good as “it keeps us moving”, but he says the main question is how to attract talent in Luxembourg.

 

Contact ALRiM

www.alrim.lu 

      COMMUNIQUÉ DE PRESSE POST EVENT

 

3ème Conférence sur les Risques Mondiaux organisée par l'ALRiM avec la participation du World Economic Forum

 

Date: mercredi 27 avril 2016, à 17h30
Adresse: Chambre de Commerce - 7 rue Alcide de Gasperi Luxembourg – Kirchberg

 

L’événement a présenté trois présentations de haut niveau :

 

Philippe Soler, Vice-Président de l’ALRIM, a débuté l’événement en rappelant que  le Risk Management est une discipline qui s’est spécialisée par silo (risque de credit, de marché et opérationnel). Cette spécialisation est positive car elle a permis de faire émerger des experts, mais elle doit être complétée par une approche holistique qui permet aux gestionnaires de risques de disposer d’une vision claire, à jour et à 360 degrés, de l’environnement stratégique dans lequel opèrent leurs entreprises. L’année dernière, la conférence s’était conclue sur le constat que le risque géopolitique pourrait devenir le plus important de tous. Douze mois plus tard, ponctués par des attaques terroristes, des migrations massives, une baisse des prix du pétrole et des taux d’intérêt, l’analyse est claire : « Oui, le risque géopolitique est revenu sur le devant de la scène, pour la première fois depuis la Guerre Froide. »

 

 

Caroline Galvan, Économiste et chef de l’équipe Global Risk and Competitiveness du Forum Économique Mondial, a présenté les résultats de la 11ème édition du Rapport sur le Risque Mondial. 742 experts et décideurs ont pris part à cette étude qui identifie 29 risques mondiaux parmi 5 catégories : économique, environnementale, géopolitique, technologique et sociétale.

Depuis 2015, les risques sociaux, géopolitiques et environnementaux ont dépassé les risques économiques. Le changement climatique par exemple, peut aggraver des crises liées à l’eau, provoquant des conflits et des migrations forcées.

Le paysage sécuritaire présente deux phénomènes principaux : le vide présent dans les pays les moins développés qui laisse de l’espace pour des acteurs non étatiques d’une part et un retour de la concurrence stratégique des pays développés d’autre part.

Le rapport souligne également trois risques généralisés qui pourraient affecter la croissance mondiale au cours de la prochaine décennie :

1. (Dis)empowered Citizens : une conséquence du mélange entre les capacités que la technologie fournit aux citoyens alors qu’ils se sentent abandonnés par des élites distantes.

2. Le changement climatique et les risques pour la sécurité alimentaire : dans des sociétés déjà fragiles, ce problème va alimenter l’instabilité sociale.

3. Les épidémies mondiales : l’accroissement de la population, l’urbanisation rapide et la circulation transnationale de marchandises intensifient le risque de transmissions infectieuses à travers le monde.

Caroline Galvan conclut avec un message clé : comme les risques deviennent de plus en plus pressants et leur impact sur les sociétés, institutions et économies grandit, un besoin urgent d’améliorer la résilience apparaît.

 

Les lecteurs peuvent découvrir les données ici : http://wef.ch/risks2016

 

Andrew Blau, Managing Director chez Deloitte Strategic Solutions, basé à San Francisco, a présenté les résultats d’une étude mondiale sur la Détection des Risques, conduite en collaboration avec Forbes Insights, auprès de 155 dirigeants d’entreprises multinationales. Cette analyse souligne les défis auxquels font face les entreprises multinationales en matière de détection et prévention des risques.

Une première tendance montre que les "Leaders chutent plus vite": en 1958, une entreprise leader gardait son leadership pendant environ 61 ans, un chiffre tombé à 18 ans en 2012. Pourquoi ? Les Risques Stratégiques attaquent la base des avantages compétitifs tout en créant des opportunités. Le consultant a mis l’accent sur le fait que les pertes sont pour la plupart dues aux risques stratégiques, alors que des entreprises investissent la plupart de leur temps sur les risques opérationnels et les rapports financiers. Ces entreprises essaient de détecter les risques mais échouent souvent à optimiser l’utilisation des informations collectées pour surveiller les risques stratégiques.  En 2012, les risques au cœur des préoccupations étaient la marque et la réputation. Aujourd’hui, ce sont les risques juridiques et de réputation, auxquels pourraient vite s’ajouter dans un avenir proche, le rythme de l’innovation, suivie par les talents. Andrew Blau a conclu en insistant sur 2 points principaux : la nature changeante des risques d’une part, à laquelle devra répondre une gestion des risques accrue d’autre part.

 

Durant le panel de discussion, Caroline Galvan et Andrew Blau ont été rejoints par Denise Voss, présidente de l’ALFI, et Yves Maas, président de l’ABBL, pour débattre sur la question suivante : « Quels sont les Risques Mondiaux qui impactent le plus le marché Luxembourgeois, comment les anticiper et les atténuer ? »

 

Cinq thèmes ont été évoqués au cours de cette table ronde :

 

Sujet #1 : la 4ème révolution industrielle.

Yves Maas a expliqué que les banques investissent massivement dans l’IT, car c’est ce qui fait évoluer aujourd’hui le business model de l’industrie financière. « Les opportunités se présentent à ceux qui investissent ». La chaîne de valeur évolue et de nouveaux acteurs émergent.

Denise Voss a estimé que l’industrie des fonds se positionne derrière les banques dans ce domaine, mais accueille volontiers les innovations dans le domaine de la Fintech.

Selon Andrew Blau, l’industrie financière est exposée à l’arrivée de nouveaux acteurs car elle présente des perspective de gains potentiels conséquents.

 

#2 : le « Cyber-risque »

Pour Denise Voss, empêcher le vol de données a toujours été important, mais ce défi prend de plus en plus d’ampleur. L’industrie entière représentée par l’ALFI - fonds, sociétés de gestion, cabinets juridiques, auditeurs,… - travaille actuellement sur ce « problème qui est également une préoccupation ancienne ».

Yves Maas pense quant à lui que le « cyber-risque » a un impact significatif et génère des coûts élevés, pas seulement pour les banques, mais aussi pour l’écosystème entier. Il y a un besoin d’un cadre et d’infrastructure. Il a indiqué que le « cyber-risque » ne peut pas être évité complètement : les entreprises doivent s’assurer qu’elles ont des systèmes de surveillance en place.

Pour Andrew Blau, les entreprises doivent se protéger, être vigilantes et robustes. « On ne peut pas tout protéger et la question n’est pas de savoir si, mais plutôt quand».

 

#3 : est-ce que la fragmentation de l’Europe représente une menace ?

Yves Maas a rappelé à l’audience que le succès du Luxembourg s’est construit sur sa capacité à être une porte sur l’Europe. Un Brexit, par exemple, ne serait pas favorable au Luxembourg. Des opportunités pourraient apparaître, mais elles ne combleraient pas les dégâts causés par cette éventuelle perturbation de l’Europe entière.

 

#4 : l’impact des taux d’intérêt à 0% voire négatifs :

Pour Yves Maas cette situation n’est pas bénéfique pour les banques qui tirent, normalement, une partie de leurs revenus des intérêts. Il s’attend à ce que plusieurs acteurs soient obligés de réfléchir à une révision de leur business model.

Pour Denise Voss les chercheurs ne mesurent pas encore l’impact des taux d’intérêt faibles sur les fonds. Cependant, « C’est une réelle opportunité pour les fonds : offrir un retour sur investissement pour les personnes acceptant de prendre des risques ».

 

#5 : La compétition pour les talents entre le secteur financier et la nouvelle économie :

Pour Denise Voss, il est primordial de stimuler l’innovation et le développement de talents au sein des institutions financières Luxembourgeoises; d’identifier également les compétences à cultiver pour l’avenir et de déterminer comment former ces talents.

Yves Maas a conclu que la concurrence avec les dot.coms est bénéfique car « Elle nous force à rester en mouvement ». Mais la question principale pour lui est « Comment attirer des talents au Luxembourg ? ».

 

Contact Alrim

www.alrim.lu 

 

      PRESS RELEASE PRE-EVENT

 

3rd Global Risks Conference

with the participation of the World Economic Forum

 

Date: April 27th 2016, at 5.30 p.m.
Location: Chambre de Commerce 7 rue Alcide de Gasperi Luxembourg – Kirchberg
Price: free of charge.

Registration: before April 21st by e-mail to info@alrim.lu with the mention “Global Risks Conference” in the field “subject”.

 

The event will feature three high level presentations:


Caroline Galvan, Economist and Practice Lead at the Global Risk and Competitiveness Team of the World Economic Forum will present the main results of the 11th edition of the Forum’s Global Risk Report. The Report identifies the transformative forces underway which will shape the coming decade, discusses the changing global risks landscape and raises awareness of the potential risks associated with these global evolutions. This year’s Report also offers a comprehensive picture of risks for doing business for 140 economies.


Andrew Blau, Managing Director of Deloitte Strategic Risk Solutions, based in San Francisco, will present the results of a global survey on Risk Sensing, conducted jointly with Forbes Insights, among 155 executives of large global companies. This analysis highlights the challenges that large global organisations are facing with risk detection and prevention.

 

Denise Voss, Chairman of ALFI, and Yves Maas, Chairman of ABBL, will participate in the panel discussion with Caroline Galvan and Andrew Blau on the theme: “What are the Global Risks which are the most impacting for the Luxembourg Market Place, how to anticipate and mitigate them?”.


The event will be moderated by Philippe Soler, Vice-President of ALRiM.

 

Contact Alrim

www.alrim.lu 

      COMMUNIQUÉ DE PRESSE PRE-EVENT

 

3ème Conférence sur les Risques Mondiaux

avec la participation du World Economic Forum

 

Date: 27 avril 2016, à 17h30
Adresse: Chambre de Commerce - 7 rue Alcide de Gasperi Luxembourg – Kirchberg
Prix: gratuit

Registration: avant le 21 avril par email à: info@alrim.lu avec la mention « Global Risks Conference » dans le champ « objet ».

 

L’événement permettra de découvrir trois présentations de haut niveau:


Caroline Galvan, économiste et Chef du département « Risque Mondial et Compétitivité » du World Economic Forum, présentera les principaux résultats de la 11ème édition du "Global Risk Report". Le rapport identifie les forces de transformation qui vont bouleverser la prochaine décennie, traite du paysage évolutif du risque mondial et sensibilise sur les risques potentiels associés à ces évolutions. Ce rapport offre également une vue générale des risques auxquels sont exposées les entreprises dans 140 pays. 


Andrew Blau, managing Director chez Deloitte Strategic Risk Solutions à San Francisco, va présenter les résultats d’une étude mondiale sur la détection des risques, conduite en collaboration avec Forbes Insight, parmi 155 dirigeants de grandes entreprises multinationales. L’analyse souligne les défis auxquels font face les grandes organisations multinationales en termes de détection et prévention des risques.

 

Denise Voss, Chairman de l'ALFI et Yves Maas, Président de l'ABBL participeront enfin à un panel avec Caroline Galvan et Andrew Blau sur le thème « Quels sont les Risques Mondiaux impactant le plus le marché luxembourgeois, comment les anticiper et les atténuer? »


L'événement sera animé par Philippe Soler, Vice-Président d'ALRiM.

 

Contact Alrim

www.alrim.lu 

Si vous désirez les photos HD,

n'hésitez pas à nous contacter : pr@360crossmedia.com

 

© 360Crossmedia